Les obligations du coach professionnel

1. Formation professionnelle initiale et permanente

Le coach a reçu une formation professionnelle initiale théorique et pratique de haut niveau apte à créer une compétence d’exercice du métier de coach accrédité d’une certification.

Il s’engage à régénérer sa formation et son développement personnel tout au long de l’exercice de sa profession, et à la participation à des sessions de formation complémentaires.

2. Processus de travail sur soi

Le coach atteste d’une démarche de travail sur lui-même approfondie, ce travail étant bien distinct de sa formation.

3. Supervision

Le coach a un lieu de supervision de sa pratique assuré par des pairs qualifiés.

4. Clause de  confidentialité

Chaque Coach s’engage à respecter les règles du secret professionnel garantissant la stricte confidentialité des informations qui concernent le client et ses partenaires éventuels.

Le coach prend toutes les précautions pour maintenir l’anonymat des personnes qui le consultent et, en particulier, ne communique aucune information à un tiers sur une personne sans son accord exprès. Toute information sur un client est traitée de façon strictement confidentielle sous réserve du respect des lois en vigueur.

Cette règle de confidentialité est essentielle pour l’établissement d’une relation de confiance sans laquelle le processus de coaching ne peut ni commencer, ni perdurer.

Toutefois, le client est néanmoins informé que dans certaines circonstances graves,  pour lui-même ou pour les autres s’il représente un danger, le coach peut sortir de la confidentialité et entreprendre une action appropriée et d’en avertir expressément un tiers.

 5. Indépendance

Le coach garde  toute sa liberté et son indépendance  de refuser un contrat de coaching pour des raisons personnelles ou éthiques ou qui le mettrait en porte-à-faux par rapport à l’application de la présente charte ou de la législation.

6. Respect de la personne

Le  Coach exerce sa profession dans le respect des droits fondamentaux de la personne tels qu’ils sont inscrits dans la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ». Il respectera son client dans son identité, et veillera à ne pas abuser de tout pouvoir sur le coaché. Le Coaching étant une technique d’accompagnement au de  développement personnel et professionnel, la responsabilité des décisions est laissée à la discrétion du client.

 7. Contrat

Un Contrat écrit est établi, dès le début de la relation de coaching.
Cet accord définit une action de coaching et précise le nombre de séances, sa fréquence, sa durée, son prix, ainsi que la façon dont se dérouleront les entretiens (face à face, téléphone )

8. Obligation de moyens

Le coach met en œuvre tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le développement professionnel et personnel de celui-ci, y compris en ayant recours, si besoin est, à un confrère.

Le coaché reste néanmoins seul responsable de ses décisions.

9. Devoirs envers l’organisation

Le coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation pour laquelle le coaché travaille. En particulier, le coach garde une position extérieure à l’organisation et ne prend pas position ni ne s’ingère dans des questions internes, notamment de gestion des ressources humaines.

10. Restitution

La relation de coaching qui s’établit en entreprise est bien souvent de nature tripartite. De ce fait, le donneur d’ordre est en droit de recevoir des éléments d’appréciation de la mission. Toutefois cette information ne peut se faire sans accord préalable du coaché, et dans le cadre exclusif de son acceptation et de la confidentialité.

11. Congruence

Le Coach s’engage à exercer sa mission en veillant à la congruence entre les intérêts du coaché et ceux de l’entreprise.